Interview : comment faire manger des fruits et légumes aux enfants ?

Par Lucie Rémy, diététicienne chez Interfel/Les fruits et légumes frais.
Quels rapports les enfants âgés de 6 à 12 ans entretiennent-ils avec les fruits et légumes frais ? Comment les encourager à en manger plus souvent ? Lucie Rémy, diététicienne chez Interfel/Les fruits et légumes frais depuis 2009, nous donne quelques éléments de réponse, ainsi que ses conseils et astuces.

Comment les enfants perçoivent-ils les fruits et légumes frais ?

La plupart des enfants connaissent et apprécient un large panel de fruits et légumes, et leurs connaissances dans le domaine se développent avec l’âge. Ils ont tous en tête le message « Au moins 5 fruits et légumes par jour »* et savent que « c’est bon pour la santé ». Pourtant, près de 60 % d’entre eux en consomment moins de 5 par jour ! Pour que fruits et légumes fassent partie intégrante de leur quotidien, il faut donc qu’ils prennent plaisir à les manger.

Qu’est-ce qui, dans les fruits et légumes, plaît tant aux enfants ?

Les enfants aiment les fruits et légumes parce qu’il en existe de toutes sortes, que leur goût est attrayant et qu’ils sont colorés. La texture, la présentation et les modes de préparation sont également importants. En résumé : on peut faire plein de choses avec ! Par ailleurs, les enfants ayant une appétence innée pour le sucré, ils préfèrent souvent les fruits aux légumes.

Et qu’est-ce qui explique parfois leur rejet ?

Outre le fait que les saveurs acides et amères de certains légumes peuvent parfois rebuter certains enfants, l’effet de groupe peut aussi influencer leurs goûts. Si, à l’école, un élève entend ses camarades de classe dire « je déteste les courgettes », il pourra être amené à les imiter. Il peut aussi refuser un fruit ou légume parce qu’il est cru ou cuit, parce qu’il est cuisiné et/ou présenté toujours de la même manière. Et entre 6 et 12 ans, la néophobie alimentaire reste toujours d’actualité, avec plus ou moins d’intensité selon les enfants.

Pourriez-vous nous en dire plus sur la néophobie alimentaire ?

C’est en fait la crainte et le refus de goûter à des aliments inconnus. Ce phénomène, assez ordinaire, se manifeste à partir de 2 ans et coïncide avec la phase du « non » propre aux petits de cet âge. Entre 3 et 7 ans, époque où l’enfant est en plein boom de l’apprentissage, la néophobie alimentaire atteint son paroxysme. Puis, jusqu’à 10 ans, il va peu à peu accepter de goûter de nouveau à des aliments qu’il ne connaît pas.

Comment éviter que le rejet des fruits et légumes ne s’installe ?

Le goût évoluant à tous les âges de la vie, un enfant peut détester les épinards à 6 ans et les aimer plus tard. Il ne faut donc pas se décourager dès le premier refus et proposer au contraire l’aliment honni jusqu’à dix fois, en variant les recettes et la présentation. Attention toutefois à ne pas faire de chantage ou à forcer l’enfant. Cela ne ferait que renforcer les blocages.

Quels sont vos conseils et astuces pour que les enfants prennent plaisir à manger des fruits et légumes ?

Quand un enfant participe à la confection des plats, il a naturellement envie d’y goûter. Si l’on est pressé, il suffit de l’associer aux préparatifs du repas (épluchage ou découpage) ou en lui demandant de faire une belle présentation. Mettre un peu de fun en cuisine, en faisant, par exemple, des billes de courgette avec une cuillère parisienne, ça marche aussi très bien. Tout comme le fait de partager le repas en famille, dans un cadre chaleureux. Il est important, enfin, d’impliquer les enfants en amont en les emmenant faire les courses et en les laissant choisir les fruits et légumes…, à condition bien-sûr qu’ils soient de saison !

*« Au moins 5 fruits et légumes par jour » signifie au moins 5 « portions » de fruits et/ou de légumes. Une portion est l’équivalent, par exemple, d’une pomme, d’une poignée de fraises ou de tomates cerises, d’un bol de soupe, etc.

Photo : © Shutterstock

Découvrez aussi

Cuisiner les fruits et légumes frais en mode express

La cerise déguisée

Comment l’Union Européenne contribue-t-elle au développement d’une agriculture plus durable ?