Le goût, ça évolue et ça s’apprend à tout âge !

Votre enfant voue un culte aux clémentines mais boude les épinards ? Avant de vous agacer de ce refus, plongez-vous dans vos souvenirs… Ces brocolis vapeur que vous adorez aujourd’hui, les aimiez-vous autant à 8 ans ? Le goût évolue et se développe avec le temps… A condition bien sûr d’éveiller les jeunes palais à un florilège de saveurs et d’adapter cet apprentissage à l’âge de vos bambins.

DE 0 à 5 ANS

Dès la naissance, le bébé est un fin gastronome qui distingue parfaitement les différentes saveurs (sucré, salé, acide et amer). Si la sensibilité gustative et olfactive varie d’un individu à l’autre, il est reconnu que les nourrissons et jeunes enfants ont une appétence innée pour le sucré et tendent à rejeter l’acide et l’amer. Ces saveurs nécessiteront donc un apprentissage qui pourra se faire à partir de 4/6 mois, lors de la diversification alimentaire.
Notre conseil : « Jusqu’à 2 ans, l’enfant a envie de goûter à tout. C’est le moment idéal pour l’exposer le plus possible aux fruits et légumes afin qu’il les apprécie durablement. »

DE 6 A 11 ANS

Commencée généralement vers l’âge de 2 ans, la néophobie alimentaire (rejet des aliments nouveaux), s’intensifie entre 4 et 7 ans avant de diminuer peu à peu. Plus l’enfant grandit, plus il est capable de surmonter ses dégoûts sensoriels. Pour l’aider dans cette démarche, il est important de persévérer malgré les refus (sans toutefois forcer l’enfant), de redoubler d’inventivité en cuisine et de mettre du plaisir dans l’assiette. Aider les enfants de cet âge à mettre des mots sur leurs sensations favorise également une évolution positive du goût.
Notre conseil : « L’amertume de l’endive peut rebuter certains enfants. Pour leur donner envie d’en manger, vous pouvez l’associer avec de la pomme ou de la poire. »

A PARTIR DE 12 ANS

C’est à cette période que le goût évolue et se déploie de façon exponentielle. L’adolescent a spontanément envie de s’initier à une plus grande palette de saveurs et ses besoins nutritionnels sont par ailleurs plus importants. Son désir d’autonomie le conduit à s’émanciper des habitudes alimentaires familiales et à décider de son alimentation. Les fruits et légumes peuvent alors prendre une place de choix dans sa partition gustative, même si 1 adolescent sur 3 les consomme par obligation.
Notre conseil : « Pour donner envie et autonomie, veillez à ce que fruits et légumes soient toujours à disposition, dans une corbeille ou bien prêts à consommer dans le réfrigérateur. »

Photos : © Shutterstock

Découvrez aussi

Dis Maman, c’est Papa qui cuisine ?

7 astuces pour manger équilibré en toute simplicité

Interview : comment faire manger des fruits et légumes aux enfants ?