Dis Maman, c’est Papa qui cuisine ?

Si les pères d’aujourd’hui prennent plus souvent en charge leurs bambins, les courses et le dîner que leurs aînés, les mères occupent encore un rôle central dans l’éducation alimentaire de leurs petits. Comment cette place si particulière s’explique-t-elle ? Les mères doivent-elles pour autant être les seules à encourager leur progéniture à manger plus de fruits et légumes frais ? Que peuvent apporter les pères, mais aussi les grands-parents, à l’éducation alimentaire des enfants ?

ALLO MAMAN BOBO, POURQUOI J’AIME PAS LES HARICOTS ?

De nombreuses études, dont celle réalisée par le cabinet ABC+ pour Interfel et FranceAgriMer en 2014(1), le montrent : si de nos jours, la majorité des mères travaillent, ce sont principalement elles qui gèrent les courses, l’approvisionnement en fruits et légumes frais ainsi que la préparation des repas(2). De plus, même si la place des pères a évolué ces 40 dernières années, ce sont les mères encore et toujours qui s’impliquent le plus dans l’éducation alimentaire de leurs enfants. Par conséquent, leurs préférences et habitudes alimentaires acquises pendant l’enfance vont donc de facto avoir une forte influence sur les habitudes alimentaires de leurs bambins. Ainsi, une mère qui achète, cuisine et consomme avec plaisir des fruits et légumes frais incite foncièrement ses enfants à en faire de même.

ET ELLE COURT TOUTE LA JOURNÉE…

Menant de front carrière professionnelle et vie familiale à un rythme effréné, ces mères modernes cherchent par ailleurs à réduire le temps passé à faire les courses et à préparer les repas de la semaine. Et cette tendance à vouloir aller au plus vite a aussi un impact sur la liste des courses, le menu du dîner et la présence ou non des fruits et légumes frais en cuisine.

AVEC LES PAPAS « COOL », ÇA SE DÉTEND EN CUISINE !

Les pères modernes doivent-ils pour autant rendre leur tablier et laisser les mères faire les courses… au pas de course, gérer les repas et convaincre le petit dernier de manger des épinards ? Certainement pas ! Pour Eric Birlouez, sociologue de l’alimentation, les pères ont également plus d’un tour dans leur sac pour contribuer positivement à l’éducation alimentaire de leurs petits. A commencer par le fait qu’ils envisagent souvent cette éducation alimentaire avec plus de souplesse et d’humour que leurs compagnes. « Si les pères d’aujourd’hui sont très impliqués en cuisine et à table auprès de leurs enfants, ils sont toutefois moins inquiets et moins stressés que les mères sur ce qui touche à la nourriture. C’est pourquoi ils arrivent plus facilement à dédramatiser, à apaiser les tensions pendant les repas. Et quand ce sont eux qui préparent le dîner, c’est par ailleurs avec plus de décontraction, en donnant de l’autonomie aux enfants. Il faut donc vraiment encourager les pères à accompagner et soutenir les mères ainsi qu’à prendre toute leur place dans l’éducation alimentaire de leurs enfants. »

AVEC LES GRANDS-PARENTS, ON FAIT AUTREMENT

Si le père a toute sa place pour encourager ses enfants à manger avec plaisir des fruits et légumes frais, le rôle des grands-parents est également fondamental, pour Eric Birlouez : « Les grands-parents sont souvent amenés à s’occuper de leurs petits-enfants le mercredi ou pendant les vacances scolaires. A cette occasion, les enfants font les courses et le repas avec eux, goûtent à des fruits et légumes qu’ils ne mangent pas d’ordinaire chez leurs parents, découvrent des recettes familiales…. Les grands-parents ont ainsi un véritable rôle de transmission, qui se situe beaucoup plus dans le « faire » que dans le « dire ». Et les enfants sont en général très réceptifs ! »

(1) Étude de la consommation des fruits et légumes frais par les enfants – Étude financée par FranceAgriMer et Interfel, et réalisée par le cabinet ABC+ – décembre 2014
(2) Le temps domestique et parental des hommes et des femmes : quels facteurs d’évolutions en 25 ans ? – Clara Champagne, Ariane Pailhé et Anne Solaz – Insee – 29/10/2015
Autres sources à consulter :
Le Monde : Tâches ménagères : les inégalités ont la vie dure
Les Échos : Comment la répartition des tâches hommes-femmes a-t-elle évolué en 25 ans ?
Photos : © Shutterstock

Découvrez aussi

Faites ce que je dis… et ce que je fais !

Faire pousser ses tomates cerises, comme un grand

Interview : comment faire manger des fruits et légumes aux enfants ?